<img alt="" src="https://secure.insightfulcloudintuition.com/267802.png" style="display:none;">
Rechercher un article

13 Minutes de lecture

Quels sont les enjeux de l'ingénierie pédagogique pour la formation professionnelle ?

L'ingénierie pédagogique : une composante de l'enseignement et de la formation professionnelle qui ne cesse de prendre de l'importance. La raison principale : les bouleversements majeurs qu'ont connus ces secteurs, avec le passage massif vers les parcours d'apprentissage en ligne. L’utilisation des technologies impacte la manière d’apprendre et de faire apprendre. De nouveaux supports et moyens pédagogiques émergent, qu’il convient de relier aux principes des sciences de l'éducation. C’est là tout le rôle des experts de la pédagogie, qui se positionnent en première ligne du déploiement des cours en ligne. 

 

Les enjeux sont nombreux : améliorer la performance de l'enseignement, proposer des plans pédagogiques adaptés aux profils de l'apprenant, donc tournés vers la personnalisation, mais aussi assurer l'égal accès de tous à la formation.

 

À quoi fait référence exactement l'ingénierie pédagogique ? À quelle méthodologie et à quels outils est-elle associée ? Rise Up vous donne toutes les explications utiles.

 

Baromètre de formation : anticipez les futures opportunités de la formation professionnelle

 

Ingénierie pédagogique : définition

 

L'ingénierie pédagogique correspond à la définition, au cadrage et à la réalisation d'un programme de formation.

 

Concrètement, il s’agit de : 

 

  • Déterminer les contenus pédagogiques et leur enchaînement (construction d'un scénario pédagogique).
  • Choisir les modalités d'apprentissage : e-learning, classes virtuelles, blended learning, cours en salle… 
  • Sélectionner les outils pédagogiques : vidéos interactives, serious game...  

 

Cette mission prend en compte différents critères : les besoins exprimés, les objectifs pédagogiques, le public cible, les ressources matérielles, techniques et humaines disponibles, le délai de réalisation ainsi que les coûts. 

 

L'ingénieur pédagogique s'appuie sur les experts métiers, qui apportent les connaissances concrètes sur le sujet développé. Ces connaissances sont ensuite transformées en contenus pédagogiques. 

 

L'ingénierie pédagogique comprend également l'évaluation des dispositifs de formation. Les résultats amènent à définir des axes d'amélioration. 

 

Chargé d'ingénierie pédagogique, ingénieur pédagogique, ingénieur responsable pédagogique : les métiers associés à l'ingénierie pédagogique

 

Les métiers centrés sur l'expertise en ingénierie pédagogique montent en puissance. L'impact du digital, et très bientôt de l'intelligence artificielle, conduit à une évolution constante de la formation et des sciences de l'éducation. Le présentiel laisse place à des formations flexibles, personnalisées, accessibles via des outils technologiques qui ne cessent de s'améliorer. C'est par exemple le cas d'un LMS comme Rise Up, qui innove pour coller en permanence aux besoins des organisations et de leurs collaborateurs. 

 

Dans ce cadre, le responsable pédagogique et le concepteur pédagogique jouent un rôle clé car c'est sur lui que repose avant tout la qualité et la pertinence des contenus d'apprentissage proposés aux différents publics d'apprenants.

 

Une conceptrice et un concepteur pédagogique échange des idées dans un open space

 

Quelle est la différence entre ingénierie de la formation et ingénierie pédagogique ?

 

L'ingénierie de formation correspond à la conduite d'un projet de formation. Le périmètre de l'ingénierie pédagogique est resserré sur sa mise en œuvre concrète. C'est la réponse pédagogique à l'ingénierie de formation.

On peut saisir la différence entre les deux concepts par une analogie : l'ingénieur de formation représente l'architecte, l'ingénieur pédagogique représente quant à lui le directeur des travaux ou le chef de chantier. 

 

Les 5 étapes clés de l'ingénierie pédagogique : la méthode ADDIE

 

Concevoir des projets et des plans pédagogiques structurés, créer des parcours d'apprentissage les plus pertinents possibles : ces missions dévolues aux experts de la pédagogie exigent une méthodologie précise. À ce titre, le modèle ADDIE fait figure de référence. Les 5 lettres sont associées à 5 phases clés du processus de construction de dispositifs pédagogiques. 

 

A comme Analyse

 

L'ingénieur pédagogique débute avec une phase d'analyse du besoin. Cette action consiste à recueillir l'ensemble des éléments nécessaires au développement de l'action de formation, y compris le budget, les ressources matérielles et les moyens humains. Le facteur temps est également à intégrer. Il permet d'établir un planning de réalisation. 

 

Cette étape de la méthodologie ADDIE aboutit :

 

  • À la définition d'objectifs pédagogiques.
  • Au balisage du parcours d'apprentissage.
  • À la mise en place d'indicateurs de performance, qui serviront ensuite à mesurer l'efficacité de la formation.

 

D comme Design

 

L'ingénierie pédagogique entre alors dans une deuxième phase : celle du design. Il s'agit d'élaborer l'architecture de l'action de formation. Cette étape se concrétise par la définition des modules de formation ainsi que des contenus pédagogiques. En d'autres termes, les informations récoltées à l'étape 1 se traduisent par un plan pédagogique concret. Cette phase donne lieu à la production d'un storyboard. 

 

D comme Développement

 

Le développement du projet de formation correspond à la création proprement dite des supports et des outils pédagogiques. Le storyboard se transforme en unités de formation, définies par leur contenu, les moyens pédagogiques et une ou plusieurs modalités d'apprentissage. Chaque séquence de la formation est ensuite travaillée plus finement : ajout d'éléments interactifs, création de quiz, conception d'activités et d'animations pédagogiques, etc.

 

À la fin de cette étape, une bonne pratique consiste à vérifier la cohérence du séquençage de la formation. Ce contrôle qualité conduit à d'éventuelles corrections.

 

I comme Implémentation

 

Arrive ensuite l'implémentation de la formation. Cette dernière étant prête, il convient de la diffuser, via par exemple une plateforme LMS (Learning Management System) et d'organiser les sessions en présentiel le cas échéant. Cette quatrième phase est donc celle de la gestion du programme de formation. Elle implique une communication efficace ainsi qu’une éventuelle formation des formateurs et enseignants. Les aspects techniques sont importants ici : il faut s'assurer de la fiabilité et de la bonne prise en main des outils utilisés (plateformes e-learning, applications multimédia) par les apprenants.

 

E comme Évaluation

 

La méthode ADDIE se termine par une cinquième phase : l'évaluation du dispositif de formation. Les indicateurs de performance définis précédemment constituent le socle de cette évaluation. Le recueil et l'analyse des feedbacks des apprenants viennent compléter les informations chiffrées (taux de participation, taux de complétion, taux de réussite…). La formation se mesure également sous un angle économique, en apportant une réponse à la question suivante : les résultats sont-ils satisfaisants au regard des coûts engendrés ? 

 

Comment faire de l'ingénierie pédagogique grâce aux bonnes compétences ?

 

Le rôle central de l'ingénierie pédagogique dans tout projet de formation conduit les organismes de formation, les établissements d'enseignement mais aussi les entreprises à rechercher des professionnels qualifiés en la matière. Les compétences en lien avec les métiers de l'ingénierie pédagogique s'acquièrent de multiples manières. Un cursus universitaire en sciences de l'éducation ou en ingénierie de formation est tout à fait approprié (niveau d'étude minimum : licence). La formation professionnelle peut également mener à décrocher une certification dans ce domaine.

 

Les outils au service de l'ingénierie pédagogique

 

La progression pédagogique

 

La progression pédagogique se révèle très utile pour développer un programme de formation engageant. L'idée est de simplifier et de dynamiser l'apprentissage. Plus l’apprenant engrange de connaissances, plus il a envie d'avancer. Le séquençage de la formation est ici capital. Une structure rythmée, parfaitement balisée, permet au participant de prendre conscience de ses progrès. De plus, une organisation lisible des modules facilite l'accompagnement par le formateur.

 

La chronobiologie en formation

 

La chronobiologie est une discipline scientifique qui vise à étudier les rythmes biologiques dans l'organisme. Pourquoi intégrer cette approche dans la formation, et plus particulièrement dans l'ingénierie pédagogique ? La raison est simple : nous ne disposons pas des mêmes capacités d'apprentissage selon le moment de la journée. Par exemple, en début d'après-midi, juste après le repas, il est plus difficile de se concentrer qu'en milieu de matinée, moment où la phase d'attention est maximale. 

 

S'appuyer sur la chronobiologie aide à optimiser l'acquisition de compétences. Les activités seront judicieusement placées en fonction du degré de réceptivité des participants. Ainsi, l’enseignement de notions complexes aura lieu en matinée alors que la fin d'après-midi sera réservée à des ateliers pratiques. L'objectif est de découper la journée de formation en différents temps d'apprentissage sur la base des rythmes naturels des apprenants. 

 

L'andragogie et la pédagogie

 

L'andragogie correspond à la formation pour adultes. Le contenu est tourné vers l'acquisition de compétences et la résolution de problèmes en situation de travail. La pédagogie se réfère généralement à un enseignement découpé en sujets spécifiques et délivré de manière verticale à des élèves, sans que ces derniers aient le choix de ce qu'ils vont apprendre ni de la manière dont ils vont apprendre. Andragogie et pédagogie font appel à des méthodes et à des ressources différentes, que l’ingénieur pédagogique doit maîtriser.

 

La ludopédagogie

 

La ludopédagogie utilise le jeu dans le cadre de l'enseignement et de la formation. Jeux de stratégie, jeux coopératifs ou encore jeux linguistiques mobilisent les capacités de compréhension, de réflexion, de mémorisation ou encore de flexibilité intellectuelle, tout en stimulant le développement des compétences via une approche ludique. Cette méthode de formation dispose d'un autre atout : elle amène le participant à sortir de son cadre naturel d'apprentissage, ce qui le pousse à expérimenter, à tester et à prendre des risques, quitte à commettre des erreurs. L'apprenant devient pleinement acteur de sa formation. Enfin, la pédagogie par le jeu, que l'on retrouve souvent sous le terme « gamification », crée une dynamique de groupe, renforce les liens entre apprenants et favorise en cela une cohésion et un esprit d'entraide.

 

L'évaluation de la formation

 

Concernant l'évaluation de la formation, l'ingénierie pédagogique peut également s'appuyer sur une approche spécifique. Une méthode classique consiste à distinguer évaluation sommative et évaluation formative. La première mesure la performance de l'apprenant à l'issue de son parcours d'apprentissage ; elle est sanctionnée par une certification par exemple. La deuxième intervient à plusieurs reprises au cours de la formation, sous diverses formes, comme les quiz ou des challenges à relever. Le but ici n'est pas de donner une note, ou de valider une formation, mais d'améliorer la qualité d’apprentissage des participants. 

 

Un grand choix de formats d'apprentissage à combiner entre eux

 

La généralisation de la formation digitale a vu l'émergence d'un grand nombre de formats d'apprentissage. Classe virtuelle, microlearning, mobile learning, social et collaborative learning, serious game, formats intégrant la réalité virtuelle ou la réalité augmentée : autant de possibilités pédagogiques à exploiter. Chacun de ces formats dispose d'atouts spécifiques. Par exemple, le microlearning permet d'apprendre sur des temps très courts, au moment même où le besoin émerge, sans quitter son environnement de travail (c'est ce que Rise Up concrétise via l'intégration de son LMS dans Microsoft Teams). Le mobile learning de son côté permet un accès permanent à sa formation, même hors connexion. La classe virtuelle reprend elle les codes du présentiel tout en supprimant la barrière géographique. Quant au social learning et au collaborative learning, ils resserrent les liens entre apprenants et conduisent ces derniers à partager leurs connaissances, leur expertise, et à s'entraider. 

 

Une ingénierie pédagogique bien menée saura associer ces différents formats pour en tirer un bénéfice maximal.

 

Le travail de groupe

 

Le travail de groupe constitue un axe à exploiter par l'ingénieur pédagogique. En plus de mettre en pratique des savoirs, il stimule la créativité, l'intelligence collective et crée une émulation qui élève les apprenants à un niveau supérieur de compétences. Les participants se trouvent de plus confrontés à des opinions divergentes ou des modes de réflexion différents, qu'ils doivent appréhender et inclure dans leur propre système de pensée. Cela aboutit à considérer un sujet sous des angles nouveaux, ce qui vient enrichir l'apprentissage. 

 

Par ailleurs, travailler en groupe conduit à développer certaines soft skills, comme l'écoute et l'expression orale. Au-delà, il est bon de rappeler que l'être humain est un animal social. Il trouvera donc toujours une source d'épanouissement dans le fait de communiquer et par extension d'apprendre avec d'autres.

 

Un groupe de salariés partage des idées au cours d'une réunion d'équipe

 

La personnalisation du parcours de formation

 

L'ingénierie pédagogique a également tout intérêt à inclure la personnalisation de la formation. Cette dernière est source d'un meilleur engagement apprenant et d'une efficacité accrue des parcours d'apprentissage, les contenus et les modalités pédagogiques employées correspondant exactement aux attentes de l'apprenant. 

 

Dans ce cadre, l'apport de l'IA générative et les perspectives qu'elle laisse entrevoir sont de grande ampleur. Le LMS Rise Up adopte ces innovations pour offrir aux collaborateurs une nouvelle expérience d'apprentissage. En quelques secondes, les utilisateurs se voient proposer des contenus de formation parfaitement ciblés.

 

Autre bénéfice de la personnalisation : l'optimisation du temps de formation. En effet, les apprenants ne sont en contact qu’avec des contenus qui leur sont directement utiles.

 

Le modèle Kirkpatrick

 

Dernier outil essentiel à adopter par l’ingénieur pédagogique : le modèle Kirkpatrick. Élaboré dans les années 50 par Donald Kirkpatrick, qui fut professeur émérite de l'Université du Wisconsin, ce modèle vise à mesurer l'efficacité des formations. Il repose sur 4 niveaux, chaque niveau dépendant du précédent :

 

  • Niveau 1 : évaluation de la satisfaction et de la perception de l'apprenant quant à la formation qu'il vient de suivre. Un simple questionnaire peut être utilisé. Il faut toutefois garder en tête qu'un participant satisfait n'a pas forcément assimilé 100% des savoirs enseignés.
  • Niveau 2 : évaluation de l'acquisition des connaissances et des compétences. Pour mesurer cette dimension, il convient de tester de manière pratique les acquis et de mettre ces derniers au regard de l'objectif pédagogique assigné à la formation.
  • Niveau 3 : évaluation du transfert des compétences acquises vers leur application en situation de travail. Il s'agit de mesurer l'impact de la formation dans les tâches professionnelles effectuées par l'apprenant une fois de retour à son poste. 
  • Niveau 4 : mesure chiffrée de l'impact de la formation sur la performance au travail, au moyen d'indicateurs spécifiques, comme l'augmentation du nombre de ventes ou l'amélioration de la qualité d'un produit. 

 

Facile à mettre en place, efficace, ce modèle reste toujours une référence dans le monde de la formation. 

 

Pourquoi intégrer l'ingénierie pédagogique à la formation professionnelle ?

 

L'ingénierie pédagogique appliquée à la formation professionnelle présente de nombreux avantages. Pour l'entreprise, c'est avant tout l'assurance de disposer de plans de formation cadrés, structurés, alignés sur les besoins en compétences. De plus, l'ingénierie pédagogique a la capacité de se renouveler ; ainsi, elle intègre les innovations technologiques et les évolutions pédagogiques afin d'optimiser en permanence les dispositifs de formation.

 

Ses atouts ne s'arrêtent toutefois pas là. Voyons son impact sur différents aspects de l'activité en entreprise.

 

Améliorer la performance de l'entreprise

 

L'ingénierie pédagogique répond à une méthodologie précise, dans un but spécifique : orienter les plans de formation et le contenu des parcours d'apprentissage en fonction des objectifs stratégiques de l'entreprise. Les programmes sont réalisés sur mesure, en intégrant les problématiques propres à l’organisation, le profil de ses apprenants et son skill gap (déficit de compétences). En cela, l'ingénierie pédagogique soutient et renforce la performance de l'entreprise. 

 

Grâce à des contenus parfaitement ciblés, délivrés au bon moment, aux bonnes personnes, dans une logique de montée en compétences cohérente et continue, l'ingénierie pédagogique aide grandement les salariés à rester up-to-skill. Autrement dit, ces derniers tendent à disposer en permanence des compétences nécessaires pour rester en phase avec les exigences du marché, l'évolution des métiers et les exigences business. 

 

Instaurer une culture d'apprentissage

 

En outre, l'ingénierie pédagogique contribue fortement à instaurer et diffuser une culture d'entreprise tournée vers l'apprentissage. De nouveaux outils sont mis en place, les moyens pédagogiques évoluent, se structurent et, surtout, l'offre de formations s'enrichit et se met directement au service des besoins des salariés.

 

Ce cheminement vers l'organisation apprenante est source de nombreux bénéfices : les collaborateurs développent leurs capacités et aptitudes de manière naturelle et constante. Leur savoir est valorisé et leur progression encouragée. Dans ce contexte, l'ambiance de travail et l'émulation ne peuvent que s'améliorer, ce qui conduit à un plus grand engagement collaborateur, donc à de meilleurs résultats. 

 

Encadrer les coûts de formation

 

Investir dans l'ingénierie pédagogique est également gage de maîtrise et de cadrage des coûts. En effet, le volet financier est étudié en détail lors de l'élaboration du cahier des charges relatif au projet de formation. De plus, le travail de l'ingénieur pédagogique est en permanence tourné vers le ROI (retour sur investissement). Comment assurer l'efficacité des formations au meilleur coût ? Telle est l'une des lignes directrices de ses missions. Le choix des modalités pédagogiques représente à ce titre un axe de travail majeur : faut-il privilégier les cours en salle et les frais qui y sont inhérents (location de la salle, frais de déplacement...) et/ou investir dans une plateforme LMS ? Ce type de questionnement est primordial dans une optique d'optimisation du budget formation.

 

Entretenir la qualité de vie au travail

 

En toute logique, intégrer l'ingénierie pédagogique à son processus de création de formations favorise une bonne qualité de vie au travail. Les salariés voient leurs attentes reconnues et entendues en matière de développement des compétences. Mieux formés, ils se sentent plus à l'aise en situation de travail, plus épanouis dans leur quotidien. En outre, avec la mise en place d'actions de formation flexibles et accessibles en autonomie, le collaborateur est responsabilisé et devient pleinement acteur de son développement professionnel.

 

Baromètre de la formation - anticipez les futures opportunités de la formation professionnelle